S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Recherche


Archive : tous les articles


 Une explication insuffisante du vieillissement et du cancer, les télomères

Annexe au chapitre biotechnologies de prospectic-2008

 

Mots-clés : ,

Un  exemple [1] illustre bien la justesse de ce qui est fait par l’approche moléculaire, mais son insuffisance à tout expliquer.  Les , des séquences particulières situées à l’extrémité des chromosomes, se raccourcissent à chaque division cellulaire. Il semble que l’on ait trouvé une forme de « compteur » du nombre de divisions possibles d’une cellule (tout au moins en dehors de l’organisme, dans une boite de culture). Il serait facile d’en déduire que les télomères sont les (uniques) responsables de la vieillesse.

La découverte d’une enzyme, la télomérase, qui peut rallonger les télomères, a fourni de grands espoirs dans la possibilité de rallonger la durée de vie (pour l’instant, c’est le cas de nos cellules cancéreuses qui sont capables de rallonger leurs chromosomes…). Mais depuis, il est devenu évident que le mécanisme moléculaire des télomères n’est pas la seule explication et que la compréhension de l’action de la télomérase n’est pas suffisante pour arrêter le vieillissement ou bien traiter le cancer. D’ailleurs, les animaux clonés, qui devraient naître avec l’âge de leurs parents (leurs chromosomes sont identiques et comportent donc des télomères réduits), vivent aussi vieux que les animaux non clonés…

Il faut donc articuler plusieurs explications pour comprendre un phénomène. Dans le domaine du cancer par exemple, les simulations informatiques de [2] montrent que des cellules peuvent cesser de proliférer sans aucune instruction de le faire, simplement par évolution du réseau global formé par les cellules vers un état d’équilibre. Pour comprendre  un phénomène complexe tel que le cancer, il est donc nécessaire de prendre en compte plusieurs explications, certaines au niveau des mécanismes moléculaires et d’autres au niveau des règles globales des réseaux…


Notes

[1] Michel Morange, « Les secrets du vivant », La découverte, juillet 2005, pp 148-150
[2] Bertrand Laforge, David Guez, Michael Martinez et Jean-Jacques Kupiec, « Modeling embryogenesis and cancer: an approach based on an equilibrium between the autostabilization of stochastic gene expression and the interdependence of cells for proliferation », Progress in Biophysics and Molecular Biology, volume 89 issue 1, septembre 2005, pp 93-120

Le livre Prospectic, nouvelles technologies, nouvelles pensées (FYP éditions 2008)


Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire