S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Recherche


Archive : tous les articles


 Les liaisons faibles non covalentes

Annexe au chapitre biotechnologies de prospectic-2008

 

Mots-clés : ,

Normalement les atomes des molécules sont assemblés entre eux par des liaisons covalentes, qui consistent à partager un électron de chacun des atomes. Mais certains assemblages d’atomes ont tendance à attirer les électrons plus d’un coté plutôt que de l’autre. C’est le cas de la liaison peptidique qui assemble les résidus d’acides aminés deux à deux. Cette liaison est formée de quelques atomes H2N-CH=O qui se situent dans un plan. Les électrons sont plus attirés par l’oxygène et donc ont tendance à s’éloigner de l’hydrogène relié à l’azote. Ainsi, dans cette liaison, le coté « H » est plus positif (l’électron négatif est moins présent) et le coté O plus négatif. Il se forme ainsi un petit « dipôle » électrique qui peut attirer d’autres dipôles des autres liaisons peptidiques, un petit peu comme des aimants qui s’attirent entre eux.

Il existe d’autres types de liaisons faibles utilisées dans la structure tertiaire des protéines telles que l’association entre parties hydrophiles ou entre parties hydrophobes ; ou bien encore par l’association d’ions.

Le livre Prospectic, nouvelles technologies, nouvelles pensées (FYP éditions 2008)


Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire