S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Recherche


Archive : tous les articles


 IPv6 sera-t-il la nouvelle version du protocole Internet ?

Annexe au chapitre informatique de prospectic-2008

 

Mots-clés : ,

Le nouveau protocole propose deux évolutions bien distinctes : une augmentation gigantesque du nombre d’adresses disponibles et une amélioration du protocole, en particulier par l’intégration comme extensions de la sécurité, du multicast et de la qualité de service qui n’étaient que des options. La mobilité qui était également une option a été fortement améliorée.

Le nombre d’adresses possibles passe, avec IPv6 de 4 milliards à plus de 300 milliards de milliards de milliards [1]… Que faire avec un tel nombre d’adresses ? Il est possible bien sûr d’associer une adresse à chacun de nos objets, mais si on s’amusait à imaginer que sur les  7000 milliards de milliards d’étoiles que comptent l’univers observable, toutes aient trois planètes habitées chacune par dix milliards d’habitants, alors les terriens pourraient offrir cent mille adresses internet à chaque habitant de l’univers…

Pour en savoir plus : à quoi cela sert d’avoir un immense champ d’adressage ?

Le nombre faramineux d’adresses d’IPv6 présente deux avantages paradoxaux :
  • Permettre à l’utilisateur d’oublier ce qu’est une adresse en permettant au réseau de se configurer seul.
  • Développer la sécurité et la protection de la vie privée en permettant des adresses provisoires dédiées à un usage.

Les cartes réseaux de type Ethernet disposent d’un « numéro de série » unique appelé adresse MAC. Avec IPv6 il devient possible de constituer automatiquement une adresse IPv6 pour ce poste à partir de son adresse MAC. Ainsi le réseau peut s’autoconfigurer sans même que les utilisateurs aient besoin de connaître la notion d’adresse. Lorsque l’appareil arrive en fin de vie, son adresse est jetée avec lui…

Mais pourtant, disposer d’une adresse déterminée par le matériel peut être dangereux. Il devient encore plus facile de tracer chaque objet connecté ou chaque usage. Là encore, le grand nombre d’adresses que propose IPv6 peut nous aider à nous en sortir. Pourquoi ne pas avoir plusieurs adresses pour un même objet ou terminal ? L’adresse « physique » pourrait rester invisible et des adresses « logiques » pourraient être associées à divers usages. Par exemple, un utilisateur peut souhaiter donner la possibilité d’être appelé par visiophonie ou téléphonie IP à un groupe de personnes avec lesquelles il travaille en leur fournissant « son adresse » ou plus précisément une adresse dédiée à cet usage. Une fois le projet terminé, il suffira de « jeter » l’adresse pour éviter qu’elle ne continue à être utilisée ou diffusée à mauvais escient. Ainsi, la capacité d’IPv6 à fournir des adresses à tout le monde n’est pas un problème de sécurité comme cela est souvent perçu, mais au contraire un moyen de gérer la sécurité grâce à des adresses divulguées temporairement en fonction des usages.

Il est possible de n’utiliser que la partie adressage d’IPv6 afin de pouvoir trouver un correspondant quelque soit le réseau, tout en utilisant un protocole spécifique adapté à la situation. C’est le cas par exemple de qui permet d’utiliser des adresses IPv6 avec un réseau d’objets de type Zigbee. Cela pourrait être le cas également d’ [2], le projet de protocole qui devrait permettre les échanges interplanétaires (un paquet de données met en moyenne 40 minutes pour faire l’aller-retour entre la Terre et Mars, ce qui nécessite de réduire le nombre d’échanges dans les protocoles de réseau).

L’autre facette d’IPv6 est une mise à jour des protocoles. L’émergence d’IPv6 permettrait de faciliter le développement d’un certain nombre d’extensions qui jusqu’à présent n’étaient qu’optionnelles dans les routeurs. C’est le cas de la sécurité, du multicast (diffusion d’un même flux de données à un ensemble de destinataires), de la qualité de service ou encore de la mobilité. Cette dernière a été particulièrement améliorée. Mais la mise en place du nouveau protocole ne peut pas se faire par un basculement total de l’internet du jour au lendemain. Aussi, différentes stratégies de migration ont été développées pour permettre aux différents types de réseaux de cohabiter. Depuis plusieurs années déjà, existent des « bulles IPv6 » dans un monde dominé par IPv4. Si IPv6 se développe, il restera alors des « bulles IPv4 » dans un monde majoritairement IPv6.

Migrer vers IPv6 représente un coût. Il peut être modéré si la mise en place de nouveaux routeurs permettant IPv6 et IPv4 se fait au moment du renouvellement programmé des infrastructures (en général tous les 5 ans) [5]. Il peut même être à terme un facteur de réduction des coûts d’administration, mais dans un premier temps, cela nécessite de former les équipes à de nouvelles techniques. Mais le déploiement d’IPv6 est plus particulièrement intéressant pour les nouveaux usages (domotique, réseaux embarqués dans les automobiles, nouveaux réseaux  de téléphonie mobile) ou pour les pays émergents qui manquent cruellement d’adresses. Les fournisseurs d’accès traditionnels voient souvent l’arrivée d’IPv6 comme un coût, mais certains en voient les marchés nouveaux potentiels (vente de qualité de service, réseaux sécurisés, diffusion multimédia…). Ainsi certains opérateurs principalement en Asie, mais tout récemment également en France, ont commencé à déployer IPv6 au-delà des réseaux de test.

Pour en savoir plus : IPv6 en France

Les fournisseurs d’accès français se sont préparés depuis longtemps en testant IPv6 et en réservant des champs d’adresses. Si Nerim a été le premier opérateur à proposer de l’IPv6, Orange pour sa part avait proposé une expérimentation à ses abonnés dès juin 2005. Free a été le premier à lancer son offre IPv6 le 12 décembre 2007 [4] et offre 18 milliards de milliards d’adresses à chaque abonné soit bien plus que le nombre d’adresses actuel de l’ensemble de l’internet. Les autres fournisseurs d’accès Internet sont déjà prêts et connectés au cœur de réseau IPv6. Ils proposent parfois déjà la connectivité IPv6 aux entreprises. L’initiative de Free pourrait être le point de départ du déploiement d’IPv6 pour le grand public en France.

Mais disposer d’un accès IPv6 sans bénéficier de services IPv6 présente peu d’intérêt. Depuis mars 2008, il est possible d’accéder aux sites Web de 01net. et de Free en IPv6 [5]. Ce ne sont pas les premiers sites accessibles avec le nouveau protocole mais les premiers ayant une grande audience (30 millions de visiteurs uniques par mois à eux deux).



Notes

[1]  Plus précisément 2128 soit 340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 701 211 156
[2]  Special Interest Group de l’IETF sur l’InterPlaNet : http://www.ipnsig.org/
[3]  Jean-Michel Cornu, Compte-rendu du colloque « Où en sommes nous d’IPv6 » organisé par Renater, Aristote et le G6 en octobre 2002 et particulièrement la présentation de Takashi Arano de Intec Netcore « La transition  vers IPv6 en pratique : phases, coûts et motivations » : http://www.fing.org/jsp/fiche_actualite.jsp?CODE=1124892371445
[4]  Communiqué de presse : « Free déploie l’IPv6 », 12 décembre 2007 : http://iliad.fr/presse/2007/CP_IPv6_121207.pdf
[5]  Stéphanie Renault, Free et 01net. Choisissent IPv6, 01net., 28/3/2008 - http://www.01net.com/editorial/376028/free-et-01net.-choisissent-ipv6/

Commentaires

Renseignement

Bonjour Jean-Michel Cornu,

j'ai lu votre article, je l'ai trouvé intéressant et ludique, surtout pour la partie sur le nombre d'adresses possibles en IPv6.
Lors d'un exposé sur "L'informatique écologique et responsable", j'ai cité ce passage et depuis quelques minutes, le dossier de l'exposé (en PDF) est disponible en ligne sur mon site Web à cette adresse : http://mescahiers.webou.net/realisation/. Je voulais simplement vous dire que si vous souhaitez que je retire ce passage du PDF, contactez-moi et ce sera fait rapidement ;).

Merci de votre compréhension et bonne continuation.

Cordialement,
Keanjyto.

 

 

Re: Renseignement

Bravo pour votre travail très intéressant sur le green IT. Je suis ravi que mes écrits aient pu vous aider.

 

 

Le livre Prospectic, nouvelles technologies, nouvelles pensées (FYP éditions 2008)


Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire