S'identifier - S'inscrire - Contact
 

Recherche


Archive : tous les articles


 Des cartes pour décrire des contes

Rencontre avec Vivian Labrie

 

Mots-clés : ,

[republié depuis le blog de Jean-Michel Cornu]

Vivian Labrie est chercheuse au Quebec, spécialiste des . Elle travaille à la représentation des contes sous la forme de cartes. Elle prépare un livre sur le sujet. C'est ce point qui a suscité mon envie de la rencontrer, à la suite de mes propres travaux dans le cadre du livre "Prospectic, nouvelles technologies, nouvelles pensées" sur les différentes façons de penser. Nous avons eu un premier échange le mardi 16 septembre 2008 qui sera suivi je l'espère par de nombreux autres, tant les points de croisement semblent nombreux entre nos approches.

Un petit résumé d'où j'en suis sur la mise à jour d'une nouvelle façon de penser

Les sciences cognitives montrent que nous disposons de deux modes de pensée :

  • Le premier est basé sur la parole et est linéaire. Il est utile pour construire un discours rationnel partant d'une cause pour aboutir à UNE conclusion. Mais il ne permet pas d'envisager deux cheminements de pensée en même temps (un peu comme lorsqu'on se déplace dans un labyrinthe et que l'on doit choisir une seule voie à chaque embranchement)
  • Le deuxième (appelé pensée-2 par certains auteurs) donne une vision cartographiée des choses et est très utile pour créer de la pensée (c'est à dire relier des idées entre elles). L'image que l'on pourrait donner est alors la carte qui permet de se déplacer dans le même labyrinthe (que l'on dessine sur un papier ou bien mentalement) qui nous permet de tester de nouveaux cheminements.

Nous avons appris le premier mode de pensée en même temps que le langage lorsque nous étions enfant. Ainsi, grâce au langage, nous pouvons dépasser la limite physiologique de notre (appelée "" dans ce cas) qui est limitée à l'enchaînement de trois concepts. Les hommes comme les animaux ont les mêmes limites. Mais l'utilisation d'un ensemble de mots symboliques stockés dans notre mémoire à long terme nous permet d'aller plus loin et d'enchaîner les uns aux autres autant de concepts que nous le désirons pour construire un discours bien plus important.

Mais se limiter à cette seule forme de pensée conduit à ne pas pouvoir sortir d'un conflit d'intérêt (deux personnes suivent une direction opposée) autrement que par le rapport de force : chacun tire de son coté un peu comme dans le jeu du tir à la corde. La pensée-2 apporte une vision cartographiée à deux dimensions. Elle permet alors d'avoir une "vue d'ensemble" des discours et ainsi de chercher comment faire converger les intérêts. C'est la difficulté de certaines personnes, pourtant très intelligentes, à envisager la convergence d'intérêt proposée dans mon livre "
la coopération, nouvelles approches", qui m'a poussé à chercher quelle était la limite cognitive qui empêchait de sortir de son seul point de vue de l'observateur - appelée vision "egocentrée" - (alors qu'il est plus profitable, même d'un point de vue personnel, de réconcilier les intérêts pour que chacun pousse dans un sens commun... ).

Dans le cas de la pensée-2, cartographiée, nous avons également une
(appelée "") qui est limitée cette fois à un ensemble compris entre 5 et 9 concepts que nous pouvons "garder en tête" (on parle "d'"). Cette limitation est également la même que celle des animaux, mais nous avons également trouvé une façon de la dépasser : mettre les différents concepts sur lesquels nous devons réfléchir (c'est à dire trouver des liens entre eux) dans différents lieux sur le plan d'un endroit que nous connaissons bien. Les moines du moyen âge utilisaient une cathédrale qu'ils connaissaient parfaitement pour y construire souvent plus de cent lieux de mémoire (des )[1]. Cicéron a appelé cela l'art de la mémoire (mais on pourrait également parler "d'art de penser") et a daté son origine du poète grec . Cependant, il semble que cet "art" soit tombé en désuétude après la Renaissance, où les progrès des sciences ont assuré le triomphe de l'approche hypothéticodéductive basée sur le premier mode de pensée.

Devrons nous réapprendre les différents locis d'une carte commune, comme nous avons appris les mots de notre langage ? Cela nous permettrait d'utiliser pleinement non pas une mais nos deux méthodes de pensée afin de se compléter.

Comment se transmettent oralement les contes ?

Vivian Labrie s'est intéressée à la façon dont les contes sont mémorisés et transmis dans les cultures orales. Beaucoup d'études sur les contes partent d'une vision basée sur la culture écrite pour parler d'un phénomène de la culture orale (Les frères Grimm ou Charles Perrault ont avant tout recueilli les contes oraux et les ont transcrits par écrit sans se soucier de la verbalisation[2] c'est une des différences entre la culture savante et la culture populaire). Les travaux de Nicole Belmont montrent bien qu'il faut prendre en compte la tradition orale lorsque l'on parle de contes [3]. Le mémoire de maîtrise en psychologie de Vivian Labrie en 1975 portait sur " La transmission du conte de folklore comme fonction du niveau de développement intellectuel et du mode de présentation ". Sa thèse de doctorat à Paris V en 1978 portait ensuite sur " La tradition du conte populaire au Canada français: circonstances de la circulation et fonctionnement de la mémorisation ". C'est ainsi qu'elle en est venue à s'intéresser à l'art de la mémoire dans les traditions orales.

Plusieurs conteurs ont dit qu'ils suivaient le personnage "au dessus de son épaule" pour "voir" le conte se dérouler. Ils pouvaient vraisemblablement "changer de personnage" puisqu’il arrive dans un conte que le relais de l’histoire se passe d’un personnage à un autre. Il semble que l'on ait une vision egocentrée (un peu comme ce que l'on voit quand on se déplace dans un labyrinthe), mais pour mémoriser les contes, les conteurs semblent utiliser des "" (des "" selon la description de Cicéron de l'art de la mémoire) qui peuvent être situés les uns par rapport aux autres sur une carte (la vision cartographiée est allocentrée et fait appel comme nous l'avons vu à la pensée 2). Cette alliance egocentrée (impliquée dans l'histoire) et allocentrée (pour avoir une vue d'ensemble des loci) est un des aspects de l'art de la mémoire.

Certains racontaient également qu'ils "entendaient la voix du conteur de qui ils avaient appris le conte" et que l'image était ainsi associée au son lorsqu'ils se remémoraient le conte. On sait aujourd'hui que cette "intégration multisensorielle" permet d'accélérer le traitement visuel. Grâce à nos neurones miroirs, cela est vrai non seulement lorsque l'on aperçoit quelque chose mais également lorsqu'on se remémore un événement ou une histoire.

Ils semble donc que les conteurs de tradition orale utilisent (sans le savoir) à la fois l'art de la mémoire qui consiste à placer les éléments à se rappeler dans des lieux de mémoire sur une carte ; mais que certains utilisent également le son (en "entendant" dans leur tête la voix du conteur) associé à la vision.

le récit des contes merveilleux est-il basé sur une structure sous-jacente ?

Le même conte dispose de nombreuses versions et variantes, mais plusieurs points communs permettent de les regrouper. Une question est de savoir s'il s'agit alors d'une histoire unique qui s'est modifiée au cours du temps ou bien si des contes même de provenance différente peuvent avoir suffisamment de points communs pour être regroupés. Les contes pourraient-ils refléter, au-delà même des cultures, certains schémas mentaux propres à l'homme ou au moins des structures du langage ? C'est une hypothèse qu'étudient les structuralistes.

Vladimir Propp a énoncé trois principes dans la morphologie des contes écrits en 1928 [4] :

  1. Les éléments constants, permanents du conte sont les fonctions que remplissent des personnages (plutôt que les personnages eux-mêmes), quels que soient ces personnages et quelle que soit la manière dont ces fonctions sont remplies.
  2. Le nombre des fonctions que comprend le conte merveilleux est limité.
  3. La succession des fonctions est toujours identique. Il en a identifié 31, mais toutes n'apparaissent pas dans tous les contes.

Cette succession de fonctions[5] communes aux contes merveilleux (et uniquement à eux), identifiée au départ sur les contes russes s'est trouvé être la même sur bien d'autres contes merveilleux dans des cultures différentes. Elle semble donc indépendante de la culture. Pourrait-elle refléter un fonctionnement plus fondamental du psychisme de l'homme ? Propp, dans son ouvrage postérieur, "les racines historiques du conte merveilleux"[6], voit plutôt dans les contes merveilleux la survivance d'une littérature néolithique. "En effet, Propp ne peut prendre les contes pour argent comptant ; il ne croit pas au diffusionnisme (à la thèse en vogue au début du 20e siècle de l'origine indienne des contes), ni aux universaux symboliques de l'école du mythe naturel (le dragon serait, dans toutes les cultures, un symbole solaire), ni à la psychanalyse. Par contre, il croit tout à fait au comparatisme et admet que les contes de cultures différentes contiennent les mêmes façons de voir."[7].

Qui y a-t-il de commun entre les différents contes ?

Vivian Labrie considère que les fonctions ne sont pas les seuls points communs entre les contes. Elle s'est tout particulièrement intéressée à ce qui peut permettre de regrouper plusieurs versions d'un même conte, voire même d’apercevoir des correspondances avec d’autres contenus narratifs, comme des films. Ainsi, dans des versions parfois très différentes de "la belle jarretière verte", on retrouve des fragments d’objets jetés en arrière qui grandissent, une alliance indisciplinée, une traversée sur l'eau avec retour à la terre. Ces éléments communs ne sont pas des fonctions comme celles sur lesquelles Propp a travaillé mais des éléments du conte à des niveaux très divers. Nous parlerons donc plutôt de "motifs" d'un conte (au sens d'éléments ayant une structure bien définie et ayant une valeur signifiante).

Il existe déjà une classification des contes (principalement les contes indo européens) : la classification de Antti Aarne (qui a commencé à définir des contes types et à les classer de façon empirique en 1910), Stith Thompson (qui a complété le travail pour produire "The Types of the Folktale". La seconde révision en 1964 commence à faire référence au niveau international : la classification AT) et Hans-Jörg Üther qui s'est basé sur le travail d'Aarne et Thomson pour publier une version réorganisée et augmentée[8] en 2004 (classification ATU). Cette classification qui avait été critiquée à l'époque par Propp pour ne pas inclure les "fonctions" des contes regroupe les contes par grand types :

  1. Contes d'animaux
  2. Contes merveilleux
  3. Contes religieux
  4. Nouvelles (contes réalistes)
  5. Contes de l'ogre stupide
  6. Anecdotes et plaisanteries
  7. Formules et devinettes

Vivian Labrie définie avec humour son domaine d'action comme le "300-749" (les numéros utilisés pour les types de contes merveilleux dans le classement ATU). En tout environ 3000 types de contes sont ainsi répertoriés.

Certains contes peuvent cependant ressembler à une hybridation entre deux contes types. C'est le cas des versions du conte de l’Homme sauvage, lequel au Québec et en Acadie prend souvent le nom de Merlin, qui semblent attachées à la fois au type 502 et au type 314.

les contes transmis oralement conservent des éléments importants

Une des observations étonnantes est que les bons conteurs transmettent bien certains éléments constants des contes (contrairement au jeu du téléphone où le même récit se déforme très vite). Ainsi, un conte de type 313 restera la plupart du temps de type 313 même avec des variantes. Une hypothèse serait que l’auditoire d'un conteur comprendra entre autres des auditeurs attentifs et intéressés à transmettre qui conserveront un bon niveau de rétention. Ce qui fait que le conte est mieux mémorisé et donc mieux retransmis.

On observe également qu'un conte peut retrouver des éléments de base qu'il a perdu au passage. Le fait de connaître de nombreux contes, voire plusieurs versions d’un même conte, laisse probablement un ensemble de motifs en tête qui permet de rétablir des points importants d’un conte. Ainsi, dans plusieurs versions du type 313, le héros doit trouver à manger pour nourrir un aigle. Il offre d’abord des quartiers de moutons et quand ils viennent à manquer, il offre parfois un morceau de sa propre fesse. Vivian Labrie mentionne qu’elle a souvent conté "Bonnet Vert, Bonnet Rouge", une version de ce type, en incluant l’épisode du bout de fesse… pour réaliser un jour qu’il n’était pas présent dans cette version qu’elle a pourtant beaucoup fréquentée.

Il est donc intéressant de savoir si les conteurs utilisent des locis (lieux de mémoire) similaires qui permettraient de retrouver certains motifs, même manquants, d'un conte.

Vers une cartographie des contes

Par ailleurs le côté linéaire (la succession toujours identique des fonctions de Propp) ne se retrouve pas dans les autres motifs communs au conte. Il semble intéressant d'avoir une approche topologique (spatiale) plutôt que simplement linéaire si nous voulons explorer la mémorisation utilisant la cartographie (la pensée-2 utilisant comme mémoire à court terme le "calepin visuo-spatial"). Pour Vivian Labrie, "typologie et topologie peuvent aller ensemble".

Vivian Labrie a ainsi utilisé 30 contes typiques des contes du Québec, chacun dans deux ou trois versions différentes ; ainsi que le recueil d'une centaine de témoignages de personnes racontant un cas où ils se sont fait aidé ou bien où ils avaient aidé quelqu'un. Elle a ainsi pu retrouver les motifs communs aussi bien dans les contes que dans les témoignages d'aide. Elle a également observé que dans ce corpus de contes les assemblages de territoires et de déplacements variaient d’un conte type à l’autre tout en restant assez similaires dans les versions d’un même type (par exemple aller et revenir entre deux mondes ou encore quitter un territoire pour ne plus jamais y revenir). La chercheuse a ainsi cherché à représenter les types de contes sous la forme d'un territoire où se situent les différents motifs et où l'intrigue se déplace. Parfois certains lieux dans un conte semblent se retrouver aussi sur une autre trajectoire dans un autre conte. Un petit groupe avec qui elle a partagé ses réflexion a suggéré l’image des stations de correspondance entre deux lignes de métro. Si chaque conte type raconte un parcours sur un territoire imaginaire, et qu’il y a des points de correspondance, y a-t-il aussi un plan du métro ? La question est posée. Nous étions arrivé à la même métaphore dans Prospectic en partant des trois types de perspective et donc de cartographie décrits par Olivier Auber[9].

Exemple : cartographie du conte des "trois princes"

Cartographie du conte des trois princes
Cartographie du conte des trois princesIl s’agit du conte des Trois princes, type ATU 551, conté par madame André Blanchard, Hauterive, Québec, en 1955, à Luc Lacourcière (collection Luc Lacourcière, enregistrement numéro 2355, Archives de folklore et d’ethnologie de l’Université Laval, Québec).

Dans ce conte, trois fils vont à la recherche d’une eau qui guérit de tout mal pour les yeux de leur père. Les deux premiers s’arrêtent en chemin. Le troisième poursuit, trouve l’eau, s’éprend d’une princesse endormie et lui laisse un message derrière un miroir. Il va revenir chez son père avec ses frères qui vont remplacer l’eau dans la bouteille et guérir les yeux du père en faisant croire que le troisième a voulu l’empoisonner. Dans la dernière partie du conte, pendant que le troisième fils est en exil, c’est la princesse qui, ayant accouché d’un fils et trouvant le message, part à sa recherche et le réclame dans le royaume paternel. La perspective sur le conte varie donc, de personnage en personnage, à mesure que l’histoire avance. Par ailleurs, quand on le connaît, on peut reconter le conte, déplacement par déplacement, à partir de la carte, qui contient essentiellement un ensemble de repères nécessaires à sa narration. Les personnages et les objets sont placés là où ils paraissent en premier.

Pourrons nous croiser ces différentes cartes pour divers types de contes et ainsi construire un ou plusieurs territoires de nos histoires ? Pourrions nous utiliser ces territoires et leurs locis pour constituer une carte commune nous permettant non seulement de penser en dépassant les limites de notre cerveau mais également d'échanger au-delà du langage linéaire qui nous est commun ? La recherche continue...

 


Notes

[1] Il peut s'agir aussi d'un lieu abstrait, d'un "territoire sémantique". Ainsi les moines utilisent également les 150 psaumes qui représentent autant de sentiments ( joie et peine, action de grâce et révolte, piété et infidélité...). Il devient ainsi possible, après avoir mémorisé les psaumes, de "penser" en naviguant entre les différents sentiments alors que notre cerveau nous limite à quelques possibilités. Voir : Mary Carruthers, The Craft of Thought, Meditation, Rethoric and the making of Images, Cambridge University Press, 1998 ; traduction française, Machina Memorialis, méditation, réthorique et fabrication des images au Moyen Âge, Gallimard NRF, 2002
[2] On peut considérer cependant que Jacob et Wilhelm Grimm ont fait un vrai travail de retranscription alors que Charles Perrault a adapté les contes en fonction des messages qu'il souhaitait faire passer à la cour du roi.
[3] Voir le travail de Nicole Belmont de l'EHESS et du Collège de France, sur les différences fondamentales entre transmission orale et transmission écrite.
[4] Vladimir Propp, Morphologie des contes, Seuil 1970 (première édition en russe en 1928)
[5] D'autres auteurs préfèrent parler de narratèmes plutôt que de fonctions.
[6] Vladimir Propp, Les racines historiques du conte merveilleux, Gallimard, 1983 (première édition en russe en 1946)
[7] Harry Morgan, Pour en finir avec le 20ème siècle, (article plus hébergé depuis septembre 2008 mais
disponible en cache sur Google)
[8] A. Aarne, S. Thompson, H.-J. Üther, The Types of International Folktales, a classification and bibliography, 3 volumes, Academia Scientiarum Fennica, Helsinky, 2004
[9] Guy Jarnac (dir), ITEMS international, laboratoire A+H,
cartographie numérique et développement du territoire, OTEN, dans le cadre du programme Iris 2007, mars 2008


Quelques références

  • Labrie, Vivian. "Les expériences sur la transmission orale: d'un modèle individuel à un modèle collectif". Fabula, 18, 1-2, 1977, p. 1-17.
  • Labrie, Vivian. La tradition du conte populaire au Canada français: circonstances de la circulation et fonctionnement de la mémorisation. Paris, Université René Descartes (Paris V), 1978, xxi-623 p.
  • Labrie, Vivian."Le sabre de lumière et de vertu de sagesse : anatomie d'une remémoration, Canadian Folklore canadien, vol. 1, nos 1-2 (1979), p. 37-70.
  • Labrie, Vivian. "Cartographie et analyse graphique de l'univers physique du conte à odyssée". Dans Le conte, pourquoi? Comment?, Paris, Éditions du CNRS, Geneviève Calame-Griaule, Veronika Görög-Karady et Michèle Chiche, édit., Paris, CNRS, 1984, p. 545-579.
  • Labrie, Vivian. ABC. Trois constats d'alphabétisation de la culture. Québec, IQRC, 1986, 241 p.
  • Labrie, Vivian. Alphabétisé-e-s! Quatre essais sur le savoir-lire. Québec, IQRC, 1987, 273 p.
  • Labrie, Vivian, " D’une histoire de galère à une rêverie mathématique : réflexion sur le lien entre la vie et les contes", dans D’un conte... à l’autre - la variabilité dans la littérature orale, Paris, Éditions du CNRS (1990), p. 439-460.
  • Labrie, Vivian, " Quand Ti-Jean rencontre Dieu : les sept étages de la vérité", Revue d’études canadiennes, vol. 27, no 3 (1992), p. 75-99.
  • Labrie, Vivian. " Topologie, contes et écologie humaine et sociale : des convergences épistémologiques ", Canadian Folklore Canadien, vol. 16, no 2 (1994), p. 59-87.
  • Labrie, Vivian. " Lettre d’amour à Hilaire Benoît/A Love Letter to Hilaire Benoît ", Canadian Folklore canadien, vol. 19, no 2 (1997), p. 13-27.
  • Labrie, Vivian." Les aventures immémoriales d’une version de l’âne qui crotte de l’argent ", Cahiers de littérature orale, no 43 (1998), p. 163-185.
  • Labrie, Vivian. "Going Through Hard Times : A Topological Exploration of a Folktale Corpus from Québec and Acadie", Fabula, 1999, 40, p. 50-73
  • Labrie, Vivian. "Traverses et misères dans les contes et dans la vie : Essai de systématisation d’un réflexe de chercheure", Ethnologies, 2004, vol. 26, 1, p. 61-93.
  • Labrie, Vivian. "Aux frontières de la notion de conte-type. Note de recherche sur une collision entre Solaris et "Chien Canard", une version du type 652". Cahiers de littérature orale, 57-58, 2005, p. 195-205.

Annexe : les 31 fonctions de Vladimir Propp

Séquence préparatoire

1. Absence
2. Interdiction
3. Transgression
4. Interrogation
5. Demande de renseignement
6. Duperie
7. Complicité

Première séquence

8. Manque ou méfait
9. Médiation
10. Commencement de l'action contraire
11. Départ du héros
12. Première fonction du donateur
13. Réaction du héros
14. Transmission
15. Déplacement, transfert du héros
16. Combat du héros contre l'antagoniste
17. Marque
18. Victoire sur l'antagoniste

Deuxième séquence

19. Réparation du méfait
20. Retour du héros
21. Poursuite
22. Secours
23. Arrivée incognito du héros
24. Imposture
25. Tâche difficile
26. Accomplissement de la tâche
27. Reconnaissance du héros
28. Découverte du faux héros
29. Transfiguration
30. Châtiment
31. Mariage ou accession au trône

Commentaires

Contextes

Bonjour,
Cela me fait vraiment penser à la manière dont des contextes émergent d'une topologie. Le motif (y compris physique) crée à mon sens, le domaine de cognition, le contexte au sein duquel l'action prend son sens.

 

 

Re: Contextes

Oui cela semble très proche. Avez-vous plus d'information sur la façon dont un contexte peut émerger de la topologie ?

 

 

Contextes

C'est très simple : la topologie créée un espace de cognition. La structure du réseau de liens entre les information est information en elle même. Elle se créé à partir d'un processus d'association qui ensuite définissent (de fait) un contexte. C'est l'évolution du "cablage" du cerveau à la fois au cours de l'évolution et de l'éducation qui créée cela, enfin des réseaux de neurones je veux dire.

 

 

Re: Contextes

Merci

 

 

Le livre Prospectic, nouvelles technologies, nouvelles pensées (FYP éditions 2008)


Session

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire